top of page

Parcoursup : une usine à stress à réformer


Quatre ans après son lancement, l’heure est venue de faire le bilan de Parcoursup. Non seulement cette procédure n’a pas réglé les problèmes d’admission dans l’enseignement supérieur : au contraire, elle en a créé d’autres, beaucoup plus graves, au point de devenir la nouvelle bête noire des élèves, des professeurs et des parents. Le président de la République n’a-t-il pas lui-même reconnu que Parcoursup était une « usine à stress » ?


Mais l’échec de Parcoursup n’est qu’une des conséquences de la réforme Blanquer du lycée, qui a achevé de détruire ce qu’il restait du baccalauréat. Avec ses taux de réussite extravagants, ses mentions bradées, son inutilité pour être affecté dans l’enseignement supérieur, le bac est devenu une caricature. Résultat : 50% des bacheliers échouent en 1ère année de l’enseignement supérieur.


J'ai déposé une proposition de loi visant à redonner au baccalauréat sa qualité de premier grade universitaire et à établir les conditions d'accès et d'orientation des bacheliers dans l'enseignement supérieur.


Je vous invite à en prendre connaissance en cliquant sur le lien suivant :






Roger Chudeau
Député du Loir-et-Cher

Comentarios


bottom of page