top of page

Réforme professionnelle : nos 5 préconisations

J'ai interpellé en commission la Ministre déléguée chargée de l'Enseignement professionnel, Mme Caroline Grandjean, le 28 février 2023 au sujet des projet de réforme professionnelle. J'ai présenté à la Ministre les cinq préconisations du groupe Rassemblement national.




Retranscription :


Voici donc, Madame la Ministre, ce à quoi vous êtes parvenue au bout de 5 mois de travaux consacrés à votre projet de réforme des lycées professionnels : 262 propositions, issues de 4 groupes de travail présidés par des recteurs.

262 propositions, l’inventaire de Jacques PREVERT est largement battu ! et quelles propositions renversantes : «entamer un parcours d’orientation dès le collège », chose faite depuis des décennies comme semble l’ignorer ce recteur, ou encore : « affirmer le rôle du travail d’équipe » comme si celui-ci n’était pas depuis toujours au cœur de l’organisation des LP, ou encore : « que les chefs d’établissement déclarent toutes leurs places vacantes », sans commentaire, ou enfin : « porter une attention aux conditions de l’inclusion » alors que celle-ci est au cœur de la politique du ministère depuis 2005. 90% des 262 propositions sont du même bois, de celui dont on fait les flutes…

Avec de telles propositions, Madame la Ministre, vous démontrez l’incapacité complète de ce gouvernement à appréhender la question pourtant cruciale de la formation professionnelle initiale de notre jeunesse. Quand la fumée de ces propositions se sera dissipée que restera-t-il ? Les PFMP seront rallongées, des co-interventions pédagogiques entre maîtres de stage et professeurs seront augmentées, les périodes en entreprises seront valorisées financièrement et la carte des formations sera toilettée ou rabotée. Cela a été annoncé dès le 25 août 2022 par le chef de l’Etat et votre mission est évidemment de donner une existence et un sens à ses propos qui ont autant de profondeur qu’un éditorial du Figaro Magazine.

Le lycée professionnel est le conservatoire de nombreux savoir-faire qui sont la signature du génie français dans les métiers des arts, de l’industrie, des services. Il doit le demeurer et remplir sa fonction de transmission, mais votre réforme conduit surtout à sa déstabilisation, oui à sa déconstruction, à l’instar de ce que vous avez déjà fait subir au lycée d’enseignement général et à son baccalauréat.

Nos préconisations, à l’inverse, sont les suivantes :


1) Il faut impérativement que les élèves des LP bénéficient d’un renforcement sur la maîtrise des fondamentaux (ce qui évitera les décrochages).


2) Il est capital qu’ils soient dotés d’une bonne culture générale, car ils auront à exercer plusieurs métiers auxquels ils devront s’adapter, ce qui signifie qu’il faut augmenter et non diminuer l’enseignement général. Celui-ci, comme l’enseignement professionnel proprement dit, doit être assuré par des professeurs et non par d’improbables binômes.

3) Les lycées professionnels doivent évoluer vers des lycées des métiers et non vers la préparation à tel ou tel poste dans une entreprise. Nous considérons que l’ouverture de centres d’apprentissage dans les LP doit être encouragée car elle peut garantir une bonne fin aux formations en alternance et éviter les trop nombreuses ruptures de contrat.


4) Afin qu’il n’y ait point de disciplines générales au rabais, nous pensons que leur enseignement doit relever d’un tronc commun aux secondes Pro, technologiques et générales.


5) Enfin, s’agissant de l’orientation, nous considérons que le DNB doit devenir un examen de passage et d’orientation en seconde ce qui rehaussera immédiatement le niveau d’exigence du collège et garantira une orientation basée sur l’effort et le travail scolaire et sur les projets de poursuite d’études dont ils sont la traduction.



Kommentare


bottom of page